Workshop et voyage d’études / Camminare in città # Design Povera

Workshop et voyage d’études / Camminare in città # Design Povera

du au
Torino

Cette semaine, les étudiants en 2e année design de l’ESAAA et l’enseignant-artiste et jardinier Emmanuel Louisgrand partiront en voyage d’études à Turin (Italie).

Pendant un workshop dans le quartier de Porta Palazzo, les étudiants bénéficieront de la présence et des conseils de l’artiste italien Nicolo Taglia. Focalisés sur l’ambiance de la ville, les travaux issus de cette collaboration feront l’objet d’une restitution au Parco Arte Vivente (PAV), en présence de l’artiste Piero Gilardi, personnalité-référence du mouvement de l’Arte Povera.

Cette expérience sera complétée par la visite des musées Castello di Rivolli, Museo di antropologia criminale Cesare Lombroso et de la Casa Mollino.

Nicolo Taglia – biographie

Né à Turin en 1974, Nicolo Taglia a travaillé pendant 20 ans comme jardinier. Aujourd’hui, il utilise comme médium de prédilection la photographie en noir et blanc et l’éclairage naturel. Il a participé à diverses expositions et à des projets éditoriaux dédiés à la photographie.

Ses travaux font état notamment de la fracture sociale en Italie, des mutations de la ville et de la présence de la nature dans le milieu citadin.

Piero Gilardi – biographie

Piero Gilardi (né en 1942 à Turin) fut, au milieu des années 1960, l’inventeur des « tapis-nature » : une proposition originale et profondément écologiste qui le fit connaître sur la scène internationale et témoigna de l’impact du Pop Art en Europe. Artiste itinérant, organisateur très actif et théoricien ouvert, il contribua ensuite à la naissance de l’Arte Povera, travaillant tout particulièrement à l’établissement de relations fructueuses avec d’autres initiatives du même ordre apparues simultanément hors d’Italie, soutenant le travail d’artistes tels que Richard Long ou Jan Dibbets, introduisant celui de Bruce Nauman ou d’Eva Hesse en Europe.
Son engagement sans concession en faveur du resserrement des liens entre l’art et la vie vont le pousser à l’action sur le terrain de l’expérimentation collective : des formes du théâtre politique et anthropologique aux ateliers psychiatriques en passant par les combats politiques des ouvriers de Fiat dans les années 1970-80.
Dans les années 2000, Gilardi a initié le projet du « Parc d’art vivant » (Parco Arte Vivente), centre d’art en plein air installé à Turin accueillant des artistes (Dominique Gonzalez-Foerster, Gilles Clément, Lara Almarcegui, Michel Blazy…) mais aussi des scientifiques et surtout le public, invité à participer sous des formes actives.
Piero Gilardi apparaît ainsi comme une figure emblématique des évolutions de l’art et de la société des cinq dernières décennies, dont l’œuvre et les recherches théoriques permettent toujours d’évaluer les possibilités pour l’art d’être effectif dans le « réel ».

Derniers événements