DSRA



Le projet « Effondrement des Alpes » mobilise six artistes et chercheur·e·s en DSRA, Diplôme Supérieur de Recherche en Art correspondant au troisième cycle, reconnu et financé par le Ministère de la Culture, et identifié comme un PhD au niveau international.


Pierre Gaignard


Artiste. Ses films, sculptures, performances ne prennent pas de distance à l’égard de leur sujet. Il « assume une esthétique du bricolage qui n’a rien de rétro mais ouvre sur une poétique dystopique où le jus de viande est l’égal d’une peinture abstraite. Son chamanisme urbain (qui prend souvent place dans le contexte de l’admirable Wonder) est l’expression d’un vitalisme schlag, soit l’un des moyens de faire résistance à l’ordre capitaliste dans sa capacité dansante à investir des formes en déshérence ». (Fabien Danesi)


Cécile Guichard


Designer, elle travaille sur le réemploi des matériaux de construction dans les Alpes. Porteuse du projet Rotor DC et coordinatrice du réseau NÎV, elle développe une pratique de design coopératif dédiée aux flux de matériaux dans l’industrie de la construction, et plus particulièrement aux stratégies de réemploi.


Anne-Sarah Huet


Artiste et théoricienne des jeux. Ses textes et performances interrogent la production du réel par l’audit (de Standard & Poor’s aux pratiques New Age), et les rapports entre intelligences collectives et artificielles. Elle est aussi maîtresse de conférences en économie. Ses dernières productions sont « AAA dans le PAN-spectacle » pour l’exposition Sedona (commissariat : le Syndicat Magnifique) à la Villa du Parc, Annemasse, 2019 et « Je veux te faire ce que le printemps fait aux cerises », revue IF, 2019.


Quentin Lazzareschi


Artiste. Son travail exploite la notion d’auteur et tente de la questionner ; les rapports à la visibilité en tant qu’art et à la revendication de l’œuvre sont particulièrement présents. Ses actions et ses interventions ne sont jamais démonstratives mais plutôt infimes, quasi-absentes, souvent liées à un espace réel précis. Il tente systématiquement de révéler un petit détail capable d’inverser, d’annuler ou de contourner l’objet ou le système sur lequel il travaille. L’écriture et le récit occupent également une place importante dans ses travaux actuels.


Stephen Loye


Artiste. Il mène une activité centrée sur le cinéma et les problématiques qui découlent de ce medium. Issu des écoles d’art, il continue à pratiquer le dessin, la performance, la vidéo et l’installation. Il travaille souvent en binôme avec un anthropologue et des écrivain·e·s (Patrick Romieu, Nathalie Quintane et Théo Robine-Langlois).


Louise Mervelet


Artiste plasticienne. Son travail s’inscrit en partie dans le champ de la culture pop. Elle a un temps cherché à comprendre les liens entre sculpture et cinéma. Elle a entamé depuis un certain temps une démarche de déconstruction radicale ; elle travaille actuellement divers médiums (vidéo, photo, sculpture) et essaie de penser des objets plastiques qui seraient des vecteurs de récits non hégémoniques.


Un projet mené conjointement par :


Le volet recherche du projet « Effondrement des Alpes » est soutenu par le programme européen de coopération transfrontalière Interreg France-Suisse 2014-2020 et a bénéficié à ce titre d’une subvention européenne (Fonds européen de développement régional) et fédérale couvrant 65% du coût total du projet de 1,1 M €.

Le volet « Les Ambassadrices » du projet EdA prend en charge la production artistique et la diffusion des œuvres issues d’« Effondrement des Alpes ». À ce titre, il bénéficie d’un financement de la part de la Fondation Daniel & Nina Carasso.


DSRA