Passé, présent, futur


23.01.2019




La troisième journée d’étude du projet « Effondrement des Alpes » a proposé de considérer l’occupation des montagnes d’il y a deux cent ans, comme un modèle post-effondrement, comme une possible forme pour le futur.

Cette journée a pris différentes formes : celle d’un récit en image de l’exploitation des Alpes par l’agriculture et le tourisme. Celle des narrations littéraires, en engageant une conversation autour de ce que peut être ou faire l’écriture dans ce massif. Celle de la visite de l’exposition de Jules Spinatsch, avec ses images panoramiques, espace continu coupé en fragments temporels…

Cette journée a réuni donc des voix qui ont sondé le passé, interrogé les changements actuels et agité notre rapport à l’avenir. Il a été question de continuer d’observer le grand mouvement du déclin de la civilisation thermo-industrielle, de trouver des formes et des actes qui habitent ce mouvement et de continuer le travail d’invention des productions artistiques et des possibilités d’actions qu’elles augurent, dans ce monde en devenir.


Programme


10h00-10h15 : Mot de bienvenue et introduction
Mabe Bethônico
Artiste, chercheure associée au projet EdA

10h15-11h15: Conférence
Les couleurs du Paradis Perdu
Nicolas Crispini
Photographe, commissaire d’exposition indépendant

11h15-12h15 : Discussion
Dialogue autour de la création littéraire en montagne
Martine Buissart
Directrice de la Fondation FACIM
Fabrice Gabriel
Écrivain et conseiller littéraire de la Fondation FACIM

12h15-13h15 : Déjeuner

13h15-13h45 : Visite guidée de l’exposition de Jules Spinatsch au Centre de la Photographie Genève
avec Joerg Bader
Directeur du CPG

13h45-14h45 : Projection et discussion
Vernoir « fragments »
Stephen Loye
Artiste, étudiant en DSRA à l’ESAAA

14h45-15h45 : Conférence
L’avenir de nos sociétés face au risque d’effondrement : quelles histoires nous raconter ?
Vincent Mignerot
Président et Fondateur de l’association Adrastia, écrivain, chercheur en sciences humaines

15h45-16h45 : Discussions


Les intervenants


Nicolas Crispini. Photographe et commissaire d’exposition indépendant. Ses travaux d’auteur traitent de l’expérience du lieu, de la présence humaine et de sa temporalité. Depuis près de trente ans, il réalise des projets en haute montagne : Stèles, Les montagnes invisibles,Tracés… Historien de la photographie et responsable de collections dans l’édition (L’œil ouvert, Patrimoine photographique), il a récemment réalisé des expositions et publications sur les changements du paysage glaciaire et l’histoire de la photographie couleurs dans les Alpes : Glaciers en péril (2010) et Les Couleurs du paradis perdu (2016).

Martine Buissart. Directrice de la Fondation FACIM. Après quelques années comme directrice d’établissements muséographiques, elle a exercé depuis le début des années quatre-vingt-dix une activité de consultante (missions d’études, conduite de projets) dans les domaines de l’aménagement culturel et touristique du territoire, de la création artistique et du patrimoine, auprès d’institutions culturelles, de l’État et de collectivités territoriales, en France ainsi qu’à l’international. Simultanément, elle a été cadre responsable de formation initiale et continue au sein de l’enseignement supérieur dans les domaines de la culture, du tourisme et du développement local.
Après avoir vécu et travaillé aux Etats-Unis, en 2013 elle prend la direction de la Fondation FACIM, Fondation pour l’action culturelle internationale en montagne.

Fabrice Gabriel. Écrivain et conseiller littéraire de la fondation FACIM. Il a publié aux éditions du Seuil, dans la collection « Fiction & Cie », une manière de trilogie romanesque : Fuir les forêts (2006), Norfolk (2010) et Une nuit en Tunisie (2017). Il est également l’auteur d’un essai sur le peintre Jean Fautrier (L’homme ouvert, 2002) et de textes divers pour des revues et catalogues d’exposition. Il a longtemps travaillé comme journaliste culturel et critique littéraire, notamment pour les Inrockuptibles et à la radio (en particulier à France Inter). Il a été attaché culturel à New York, en charge du Bureau du Livre français, puis à Berlin, où il a dirigé pendant cinq ans l’Institut français et a participé à l’organisation de l’invitation d’honneur de la France à la Foire du Livre de Francfort en 2017.

Stephen Loye. DSRA à l’ESAAA, il mène une activité centrée sur le cinéma et les problématiques qui découlent de ce medium. Issu des écoles d’art, il continue à pratiquer le dessin, la performance, la vidéo et l’installation. Il travaille souvent en binôme avec un anthropologue et des écrivains (Patrick Romieu, Nathalie Quintane et Théo Robine-Langlois).

Vincent Mignerot. Écrivain et chercheur indépendant en Sciences Humaines. Il se questionne sur la singularité de l’espèce humaine parmi les autres êtres vivants et développe notamment une « théorie écologique de l’esprit ». Il est le fondateur de l’association Adrastia 2014 qui s’inquiète de l’impact écologique humain et du risque d’effondrement de la société thermo-industrielle.


Un projet mené conjointement par :


Le volet recherche du projet « Effondrement des Alpes » est soutenu par le programme européen de coopération transfrontalière Interreg France-Suisse 2014-2020 et a bénéficié à ce titre d’une subvention européenne (Fonds européen de développement régional) et fédérale couvrant 65% du coût total du projet de 1,1 M €.


Passé, présent, futur